Mélanome métastatique: des avancées exceptionnelles

logo_EPCO_Live_petit

En à peine 5 ans, le pronostic du mélanome métastatique s’est largement amélioré grâce à l’arrivée sur le marché de nouvelles thérapies ciblées et de l’immunothérapie.

Metastatic melanoma overal survival has sharpely increased thank to both combination of anti-BRAF – Anti-MEK and the rise of immunotherapy (pembrolizumab or nivolumab).

La survie globale à un an est passée de 46% à plus de 70% et la survie globale à 2 ans est passée de 24 % à plus de 60%. Et cette après-midi les résultats de l’étude KEYNOTE 001 présentée par Caroline Robert de l’IGR montrent une survie globale à 3 ans de 40% !! Ces résultats très encourageants. La question est de savoir quelle stratégie thérapeutique suivre et notamment quelle est la séquence de traitement optimale entre les thérapies ciblées (Inhibiteurs BRAF +/- Inhibiteur MEK) et les immunothérapies (Pembrolizumab et Nivolumab). Ces thérapeutiques ont été développées indépendamment les unes des autres et par conséquent il n’y a pas de résultats d’étude de stratégie thérapeutique disponible.

La session sur le mélanome s’est voulue être une session Pro’s and Con’s avec les arguments de chaque orateurs supportant l’usage des thérapies ciblées en premier ou bien l’inverse.

Le tableau ci-dessous permet d’avoir une idée des différents profils des médicaments en question (PK: la pharmacocinétique),(PD: la pharmacodynamie)

Targeted Therapy Immunotherapy
PK Short (hours) Long (weeks)
PD Short (hours) Long (weeks)
What kills the cancer The small molecule stopping an oncogenic signal A body system designed to kill its targets anywhere in the body
Body distribution Passive (blood distribution) Active (T cells searching for antigen)
Memory No Yes

Le « Pro » thérapie ciblée a mis en avant le fait que la combinaison inhibiteur BRAF associé à un inhibiteur MEK permet d’obtenir un contrôle précoce de la maladie, ce qui n’est pas le cas avec l’immunothérapie qui par contre, pour les patients répondeurs démontre une longue durée d’action. Un argument contre l’utilisation de la combinaison de thérapie ciblée en première intention porte sur le risque d’une résistance croisée  avec l’immunothérapie ce qui pourrait entrainer une perte d’efficacité de l’immunothérapie placé en seconde intention.

En conclusion, à ce jour, la décision et le choix entre chacune des deux options est libre.

En pratique pour l’officinal

Les inhibiteur BRAF sont disponibles en France en officine sous le nom de ZELBORAF® (vemurafenib) et TAFINLAR® (Dabrafenib). Il s’agit d’inhibiteur de tyrosine kinase. Ils sont associés chacun respectivement avec un inhibiteur du MEK, le COTELLIC® (cobimetinib) et le MEKINIST® (trametinib). L’association montre une très bonne efficacité dans le mélanome métastatique.

JS

2016-06-07T13:29:54+02:00