Le risque de récidive à 20 ans du cancer du sein: l’effet damoclès

logo_EPCO_Live_petit

Dans la session sein, nous avons eu la présentation des résultats de l’analyse du risque de récidives métastatiques à long-terme après uniquement 5 ans d’hormonothérapie.

Predictors of recurrence during years 5-14 in 46,138 women with ER+ breast cancer allocated 5 years only of endocrine therapy (ET)

On voit tout de suite en filigrane poindre le rationnel de l’utilisation des hormonothérapies sur des durées plus longues.

En effet, les résultats de la cohorte d’Oxford (n=46.138 patientes récepteurs estrogéniques positifs) montrent qu’il existe un risque constant tout au long des 20 années qui suivent la fin de l’hormonothérapie initiale. Ce risque dépend de la taille de la tumeur, du nombre de ganglions touchés au diagnostique ou bien encore à l’agressivité du cancer. L’âge est également un critère. Pour les tumeurs à faible risque (T1N0), le risque de récidive à 20 ans est de 14%. Ce risque est supérieure pour les tumeurs T2N0 et les tumeurs N+.

Ces résultats vont dans le sens de l’utilisation des hormonothérapies sur des durées supérieures à 5 ans.

Abstract 505 – H. Pan

JS

 

 

2016-06-07T15:33:07+02:00