Cancer du sein métastatique: à tire d’aile

logo_EPCO_Live_petit

Les résultats de l’étude PALOMA-2 ont été présentés. Il s’agit d’une étude de phase III prospective, randomisée en aveugle qui compare le Létrozole à l’association Létrozole plus palbociclib en deuxième ligne de traitement métastatique dans le cancer du sein chez la femme ménopausée, récepteurs hormonaux positifs.

PALOMA-2: Primary results from a phase III trial of palbociclib (P) with letrozole (L) compared with letrozole alone in postmenopausal women with ER+/HER2– advanced breast cancer (ABC)

Le palbociclib est un inhibiteur du CDK4/6 (Cyclin Dependant Kinase) intervenant dans le cycle de la multiplication cellulaire (Phase G1). Une première étude de phase II, PALOMA-1, avait montré dans le même contexte une supériorité de l’association versus létrozole seul en démontrant des résultats exceptionnels (allongement de la survie sans progression de 10 mois versus létrozole seul). Les données de développement clinique avec le tamoxifène avait montré que le palbociclib devait être utilisé en association.

L’étude PALOMA-2 a randomisé 666 patients entre les deux bras. Le palbociclib est un traitement oral qui sera un jour disponible en pharmacie de ville, et qui est délivré à la dose de 125 mg tous les jours, 3 semaines sur 4.

Les caractéristiques des patients à l’inclusion sont identiques avec une proportion importante de patient de novo en métastatique (38%).

Les résultats sont de nouveau, excellents avec une survie sans progression (PFS) de 24.8 mois versus 14.5 mois (HR: 0.58) et un « p » largement significatif (je ne mets pas tous les 0). Cette PFS atteint 30.5 mois pour la combinaison versus 19.3 mois (HR: 0.65) après analyse par un comité indépendant. C’est exceptionnel !!

Les résultats sont identiques quelques soient les sous-groupes de patients.

Par contre la toxicité hématologique est importante avec 80% de neutropénies (66% de grade 3 et 4) et de leucopénies.

En perspective, une étude PALLAS dans le traitement adjuvant du cancer du sein chez les patientes en pré et post ménopause récepteurs hormonaux positifs. Le recrutement débute pour des premières données d’ici quelques années.

Abstract 507 – R.S. Finn

JS

 

2016-06-07T13:50:51+02:00