La pharmacologie au secours des patients

Sujet pharmaceutique par excellence, la question des dosages sanguins des thérapies ciblées se pose notamment pour gérer certains effets secondaires. C’est le cas avec l’afatinib (Giotrif®) indiqué dans les cancers bronchiques avancés non à petites cellules.

En effet, il a été démontré qu’il existe une relation entre la réduction de la dose pour les patients présentant des effets secondaires et l’amélioration des symptômes. Ces patients ayant tendance à avoir une concentration plus élevée d’afatinib versus le restant de la population traitée.

Une équipe bordelaise a donc réalisé une analyse rétrospective à partir d’échantillons sanguins obtenus auprès de patients ayant participé à deux grandes études avec afatinib, prélèvements effectués à J22 et après 6 mois de suivi (Cmin).

Un certain nombre de patients de ces deux études ont dû réduire la dose de médicaments et l’objectif de l’étude est de définir une concentration seuil à partir de laquelle il est nécessaire de réduire la dose.

Les résultats montrent que les femmes, plus âgées, asiatiques et de poids < 50kg sont les plus à risque d’avoir une concentration > au seuil. De plus, il existe de nombreuses variations interindividuelles de la Cmin malgré l’absence de métabolisme par les cytochromes. Le seuil est fixé à 34 ng/ml.

2019-09-30T10:52:12+00:00